Rechercher
  • Cendrine Vanderhoeven

Votre périnée : l’atout de votre santé féminine intime !

Dernière mise à jour : 13 août 2020

Vous avez certainement déjà entendu parler du périnée mais le connaissez-vous vraiment ?

Où est-il exactement? A quoi sert il ? Peut-on le contrôler ? Peut-on en prendre soin ?


Mon expérience comme sage-femme et sexologue me montre tous les jours que les femmes ne connaissent pas leur périnée car personne ne leur en a appris ses secrets.


Il est temps de redonner conscience et connaissance aux Femmes de leur corps,

d’autant plus de leurs zones discrètes, nichées au cœur de leur féminité.


Savez vous que votre périnée fait la pluie et le beau temps de votre bas ventre féminin ?


Je dirai même qu’apprivoisé, il valorise à tous les coups votre plaisir sexuel et il peut vous libérer de douleurs d’intromission ou de fuites, si vous en souffrez.

Mais avant d’en dire plus, qu’est-ce que le périnée ?

Le périnée est un ensemble de muscles et de ligaments qui tapissent le fond d votre petit bassin, sur plusieurs épaisseurs. Imaginez-le comme un hamac, tendu et souple à la fois, entre les quatre ancrages osseux de votre petit bassin : votre pubis à l’avant, les courbures latérales (gauche et droite) de votre petit bassin et votre coccyx, à l’arrière.

A quoi sert il ?

Il maintient en bonne place tous les organes enfuis dans votre bas-ventre ( vessie, urèthre, clitoris, utérus, vagin, rectum) et en assurent leur bon fonctionnement. Ainsi il préserve, avec l’aide des sphincters, votre continence urinaire et fécale ainsi qu'une tonicité adaptée de votre vagin.


Une " tonicité adaptée" veut dire une souplesse suffisante pour ne pas avoir mal aux rapports sexuels et une tonicité suffisante pour supporter les organes s'y apposant.


Il guide aussi le bébé lors de l’accouchement par voie basse.


Vous pouvez le maintenir en bonne forme pour qu’il continue à assumer pleinement ses rôles tout au long de votre vie de femme, qu’els que soient ses aléas.


Ne laisser plus l’ignorance, les silences, des peurs, des douleurs ou des fuites guider votre vie féminine.


Oser faire la pas vers vous, votre intimité féminine, vous connaitre et agir pour avoir plus de plaisir et de liberté.

Le périnée, l’ignoré du plaisir sexuel …

Le périnée étant un enchevêtrement de muscles au cœur du génital, apprendre à le percevoir, le ressentir et le contrôler permet aussi de « jouer » avec durant les relations sexuelles.

En effet, les différentes structures de votre périnée entourent votre clitoris, votre urètre et votre vagin. En s’amusant à le contracter et le décontracter par votre contrôle, le périnée permet de découvrir des sensations plus affinées et variées.

Le périnée en se contractant/décontractant, va littéralement masser le clitoris de l’intérieur, ce qui augmente sa stimulation lors de l’excitation et valorise la lubrification.


Ainsi la femme peut améliorer son plaisir sexuel en s’amusant avec son périnée.

En plus, durant la pénétration, l’homme ressent les contractions vaginales réalisées par la femme, ce qui augmente son plaisir sexuel tant par ces constrictions que par le jeu érotique que cela dégage.

Comment savoir si votre périnée dysfonctionne ?

Vous avez des douleurs récurrentes à la pénétration, voire une impossibilité à la pénétration?

Une perte de sensations sexuelles pour vous et/ou votre partenaire, à l’excitation et à la pénétration?

Vous avez des troubles urinaires au repos ou à l’effort ou durant l’activité sexuelle?


Vous souffrez de constipation sévère ou au contraire de fuites anales ou les deux,

Voici une série de manifestations qui peuvent signer un périnée en souffrance.


Néanmoins, seul un(e ) spécialiste qu’il/elle soit, sexologue, sage-femme ou kinésithérapeutes ou gynéco-uro-gastroentro logue, spécialisé en périnéologie pourra faire la différence de diagnostic et vous aider au mieux ; la plupart du temps une approche multidisciplinaire est indispensable.

Quels sont les facteurs nocifs pour votre périnée ?

Ne pas en parler est le plus nocif car c’est refuser de faire avec sa réalité corporelle.


L’ignorer, c’est d’emblée le maltraiter car beaucoup d’éléments de vie et du quotidien l’impactent.

Si les grossesses et les accouchements influencent l’état de votre périnée, ils ne sont pas d’emblée « toxiques » pour votre périnée. Il faut tenir compte du poids du/des bébé(s ), le temps du travail et de la poussée, le nombre de grossesses, les instrumentations éventuelles, épisiotomie ou déchirures, ….

De nombreux autres facteurs impactent l’état de santé de votre périnée : votre capital génétique, les sports que vous faites, votre histoire de vie, votre âge hormonal, votre hygiène de vie,…

Par exemple, vouloir retrouver un ventre plat très rapidement après avoir accouché sans avoir appris à protéger son périnée, peut-être beaucoup plus dévastateur pour le périnée que la grossesse et l’accouchement.

Les femmes sont prêtes à tirailler leurs abdominaux au plus vite et au plus fort pour (re)trouver une taille de guêpe ; Ce qu’on ne leur dit pas, c’est que sans « sécurité périnéale », à savoir une contraction volontaire et tenue de leur périnée durant ces efforts, leur périnée risque fort de se retrouver affaissé avec des répercussions sur les fonctions éliminatoires et sexuelles.


Le but n’est pas de vous faire peur mais de vous faire prendre conscience de la réalité de certains gestes anodins qui répétés régulièrement, finissent par abimer votre périnée avec des répercussions certaines.

Il s’agit aussi de vous redonner votre droit à prendre des décisions en toute conscience en faisant des choix éclairés.

Je n’ai jamais vu une femme qui voulait volontairement « détruire son périnée ».

Je n’ai vu que des femmes qui n’avaient pas été informées, à qui on n’avait pas expliqué des impacts possibles sur leur périnée de certains gestes, qui n’avait pas appris à prendre conscience de leur périnée et de le gérer.

Un autre exemple, saviez-vous que la constipation est nocive pour le périnée ?

En plus de favoriser l’apparition d’hémorroïdes, la constipation fragilise le périnée, par des poussées répétées, et entraine des effets sur les organes avoisinants et leurs fonctions.

A la longue, ce problème récurrent peut aussi créer un véritable affaissement de votre périnée.


Tousser, éternuer, porter ses enfants ( aussi mignons soient-ils leurs kg s'accumulent même au plus jeune âge) sans avoir appris à "sécuriser" son périnée en le serrant, conduit à un relâchement du périnée.

Et puis au-delà de gestes toxiques, votre périnée est un ensemble de muscles, donc comme ceux de votre corps, il a besoin de s’entretenir pour rester dynamique !

Bonne nouvelle ! Votre périnée a une grande capacité de récupération s’il a besoin d’être tonifié et une grande capacité de s'’assouplir quand il est trop tendu.


Faites-vous confiance pour cette nouvelle découverte de vous-même!


Dernière chose concernant l‘accompagnement thérapeutique, Il est important de se faire suivre par un spécialiste de la (ré-)éducation périnéale, une sage-femme ou un kinésithérapeute.

Quelles sont les astuces et bonnes habitudes à adopter au quotidien pour tonifier son périnée ?


Après la période d’apprentissage, les exercices devront être intégrés dans votre hygiène de vie, comme vous le faites déjà en bougeant, en vous s'amusant, en mangeant sainement mais ave gourmandise! D'autant que vous pouvez facilement intégrer ces exercices en toute discrétion dans vos activités habituelles : dans votre mode de déplacement, dans la file d’un magasin ou en télétravail,. Cela ne se voit absolument pas.


Y penser et exercer son périnée régulièrement, c’est lui garantir sa bonne santé.

Pour commencer à percevoir votre périnée, voici un exercice amusant :

Fermer les yeux et IMAGINER une perle dans le bas de votre vagin. Vous la serrez comme si ( et surtout pas pendant ) vous vous reteniez d’uriner ou d’aller à selle.

Contracter de plus en plus fort pour qu’elle ne puisse pas s’échapper.

Ensuite faites remonter davantage cette perle imaginaire en contractant les muscles déjà engagés encore plus fort et plus haut.

Garder cette contraction 5 secondes au max et puis relâcher tout doucement.

Évidemment, les premiers essais sont difficiles, c’est normal. Lorsqu’on n’a pas l’habitude de prêter attention à notre périnée, cet exercice peut sembler compliqué et énergivore.

Mais vous allez voir, ça vient avec le temps et l’entraînement.

Attention que contracter le périnée, ne veut pas dire ni serrer les fesses ou les dents, ni remonter les épaules ou arrêter de respirer…


Que penser des boules de geisha et les œufs de Yoni ?


Ils sont fort proposés dans les magazines féminins ou sur le net. Ils ne sont pas incontournables.

Mais à chaque femme ses envies d’essayer de la nouveauté ; ce qui peut rajouter une petite connotation érotique.

De toute façon, être guidée dans ses premiers exercices du périnée par un spécialiste est la seule garantie de bien les faire pour devenir autonome et efficace par la suite.

Y a-t-il un âge pour tonifier votre périnée ?


La connaissance de son périnée devrait être accessible le plus tôt possible.


Cela fait partie de l’apprentissage de son corps, de la conscience de soi et permettrait de prévenir la majorité des troubles du périnée.

La réalité étant encore bien loin de cet idéal, je vous conseille fortement de faire d’office votre rééducation périnéale après votre premier accouchement. C’est l’occasion de vous familiariser avec votre périnée, en prendre conscience, apprendre à le contrôler et l’exercer. Au plus tôt cette approche se fera, au moins de dégâts se présenteront plus tard.

Pour les femmes allaitantes, attendez la fin de votre allaitement pour démarrer votre ré-éducation périnéale, elle en sera d’autant plus efficace.


Ensuite le secret est de faire des exercices très régulièrement ; Et pourquoi pas revoir un spécialiste du périnée pour faire un bilan, comme un petit contrôle, tous les 5 ou 10 ans ?

Si vous n’avez pas su bénéficier de ré-éducation périnéale après vos accouchements ou dans le cas d'une prise en charge thérapeutique en lien avec votre intimité, pas de panique, il n’y a pas d’âge pour commencer une éducation périnéale.


Un seul conseil « temporel » : le plus tôt sera le mieux !

Très belle découverte de Vous !


Cendrine Vanderhoeven,

Sexologue, Eveilleuse et Formatrice en Conscience Féminine Positive et Active.

Créatrice du programme Rencontrer Sa Féminité AUTREMENT.

Si Vous souhaitez recevoir le programme plus en détails, envoyez-moi un mail : vanderhoevencendrine@gmail.com




Oeuvre d'art crée par Bénédicte Philippe, Belgium

48 vues0 commentaire